Si tu veux changer le monde… If you want to change the world…

Image

Si tu veux changer le monde, aime un homme… aime le vraiment. Choisis celui dont l’âme appelle véritablement la tienne, celui qui te voit, et qui est suffisamment courageux pour avoir peur. Accepte sa main et guide le doucement vers le sang de ton cœur, où il peut sentir ta chaleur autour de lui et s’y reposer, et brûler toutes ses lourdes charges dans tes flammes. Regarde le dans les yeux, regarde au plus profond de lui, et vois ce qui s’y trouve, endormi ou éveillé, ou timide ou impatient. Regarde le dans les yeux et vois ses pères et grand-pères et toutes les guerres et autres folies que leurs esprits ont combattues dans des contrées lointaines il y a longtemps. Regarde leurs souffrances et leurs luttes, leurs tourments et leur culpabilité; sans jugement. Et laisse cela partir. Ressens son fardeau ancestral, et comprends que ce qu’il recherche en toi c’est un refuge sûr. Laisse le se fondre dans ton regard stable, et sache que tu n’as pas besoin d’être le miroir de cette rage, parce que tu as un utérus, une porte douce et profonde qui soigne et purifie les vieilles blessures.

Si tu veux changer le monde, aime un homme… aime le vraiment. Assieds toi devant lui dans toute ta majesté de femme, dans le souffle de ta vulnérabilité, en jouant l’innocence enfantine, dans les profondeurs de ton invitation à une mort florissante, te soumettant avec tendresse pour permettre à sa puissance d’homme de faire un pas vers toi… et nagez ensemble dans l’utérus de la Terre, dans un silence entendu. Et quand il se retire… car il se retirera… fuyant par peur dans sa caverne… rassemble les Grands-mères autour de toi, enveloppe toi de leur sagesse, entends leurs doux murmures, apaise ton cœur de petite fille apeurée qui t’immobilise… et attends patiemment son retour. Assieds toi et chante près de sa porte le chant du souvenir, pour qu’il soit encore une fois rassuré.

Si tu veux changer le monde, aime un homme… aime le vraiment. N’amadoue pas le petit garçon avec des ruses et des tours, de la séduction et des pièges pour le leurrer vers une toile destructrice, vers un lieu de chaos et de haine plus terrible encore que toutes les guerres combattues par ses frères. Ce ne serait pas Féminin, ce serait une revanche, ce serait le poison de l’abus des époques, le viol de notre monde. Et cela ne donne aucun pouvoir à la femme, elle se diminue en le castrant. Et elle nous tue tous. Et que sa mère l’ait soutenu ou pas, montre-lui la vraie Mère, tiens-le maintenant et guide-le dans ta grâce et tes profondeurs brumeuses jusqu’au centre de la Terre. Ne le punis pas parce que ses blessures ne correspondent pas à tes besoins ou à tes critères. Pleure pour lui de douces rivières, et ramène tout à la maison avec ton sang.

Si tu veux changer le monde, aime un homme… aime le vraiment. Aime-le suffisamment pour être nue et libre, aime-le suffisamment pour ouvrir ton corps et ton esprit au cycle de naissance et de mort. Et remercie-le pour l’opportunité de danser ensemble dans les tempêtes qui font rage et les bois silencieux. Sois assez courageuse pour être fragile, et laisse-le s’abreuver aux pétales doux et capiteux de ton être. Fais-lui savoir qu’il peut te tenir, et se lever pour te protéger. Tombe en arrière dans ses bras et fais-lui confiance pour te rattraper, même si on t’a déjà laissée tomber des milliers de fois avant. Apprends-lui à se rendre en te rendant toi-même, et fusionnez dans le doux néant du cœur de ce monde.

Si tu veux changer le monde, aime un homme… aime le vraiment. Encourage-le, nourris-le, autorise-le, entends-le, tiens-le, guéris-le. Et à ton tour tu seras nourrie, soutenue et protégée par ses bras forts, ses pensées limpides et ses flèches affûtées. Car il peut, si tu le lui permets, être tout ce dont tu rêves. Si tu veux aimer un homme, aime toi, aime ton père, aime ton frère, aime ton fils, aime ton ancien partenaire; du premier garçon que tu as embrassé au dernier pour lequel tu as pleuré, remercie pour les dons, des débris dans lesquels tu te trouvais jusqu’à la rencontre avec celui qui se tient devant toi maintenant. Et trouve en lui la graine du renouveau et du solaire, une graine que vous pouvez nourrir pour aider l’émergence d’un nouveau monde, ensemble.

*  *  *

If you want to change the world, love a man… really love him. Choose the one whose soul calls to yours clearly, who sees you, who is brave enough to be afraid. Accept his hand and guide him gently to your hearts blood, where he can feel your warmth upon him and rest there, and burn his heavy load in your fires. Look into his eyes, look deep within and see what lies dormant or awake or shy or expectant there. Look into his eyes and see there his fathers and grandfathers and all the wars and madness their spirits fought in some distant land, some distant time. Look upon their pains and struggles and torments and guilt; without judgment. And let it all go. Feel into his ancestral burden, and know that what he seeks is safe refuge in you. Let him melt in your steady gaze and know that you need not mirror that rage, because you have a womb, a sweet, deep gateway to wash and renew old wounds.

If you want to change the world, love a man… really love him. Sit before him, in the full majesty of your woman, in the breath of your vulnerability, in the play of your child innocence, in the depths of your death Flowering invitation, softly yielding, allowing his power as a man to step forward towards you… and swim in the Earth’s womb, in silent knowing, together. And when he retreats…because he will…flees in fear to his cave… Gather your grandmothers around you, envelope in their wisdoms, Hear their gentle shusshhhed whispers, calm your frightened girls’ heart, Urging you to be still…and wait patiently for his return. Sit and sing by his door, a song of remembrance, that he may be soothed, once more.

If you want to change the world, love a man… really love him. Do not coax out his little boy with guiles and wiles and seduction and trickery, only to lure him… to a web of destruction, to a place of chaos and hatred more terrible than any war fought by his brothers. This is not feminine this is revenge, this is the poison of the abuse of the ages, the rape of our world. And this gives no power to woman, it reduces her as she cuts off his balls. And it kills us all. And whether his mother held him or could not, show him the true mother, now hold him and guide him in your grace and your depth smoldering in the center of the Earth’s core. Do not punish him for his wounds that you think don’t meet your needs or criteria. Cry for him sweet rivers, bleed it all back home.

If you want to change the world, love a man… really love him. Love him enough to be naked and free, Love him enough to open your body and soul to the cycle of birth and of death. And thank him for the opportunity, as you dance together through the raging winds and silent woods. Be brave enough to be fragile and let him drink in the soft, heady petals of your being. Let him know he can hold you, stand up and protect you. Fall back into his arms and trust him to catch you, even if you’ve been dropped a thousand times before. Teach him how to surrender by surrendering yourself, and merge into the sweet nothing of this worlds’ heart.

If you want to change the world, love a man… really love him. Encourage him, feed him, allow him, hear him, hold him, heal him. And you, in turn, will be nourished and supported and protected by strong arms and clear thoughts and focused arrows. Because he can, if you let him, be all that you dream. If you want to love a man, love yourself, love your father, love your brother, your son, your ex-partner; from the first boy you kissed, to the last one you wept over, give thanks for the gifts of your unraveling to this meeting of the one who stands before you now. And find in him the seed to all that’s new and solar, a seed that you can feed to help direct the planting to grow a new world, together.

– Lisa Citore –

45 thoughts on “Si tu veux changer le monde… If you want to change the world…

  1. Merci pour ce texte. Je viens de créer un blog (écrin de conscience) que je vous invite à visiter, car il semble que nous ayons plusieurs choses en commun…
    Au plaisir d’avoir votre retour si le coeur vous en dit,
    Chaleureusement,
    Elfi Reboulleau

  2. ça me parle à fond…que c’est doux, sensuel et féminin je trouve ça sublime..popur moi en ce moment c’est juste les mots que je ressens…merci à toi qui a écrit ça !

  3. Pingback: Site | Pearltrees

  4. Si tu veux changer le monde, aime une femme, aime la vraiment, avec sa toute sa puissance et ses désordres, avec son chaos et ses flèches affûtées, n’attends pas qu’elle te porte, elle n’est pas ta mère, n’attends pas qu’elle te corrige, elle n’est pas ton prof, n’attends pas qu’elle te calme, elle n’est pas ta cavalière, n’attends pas qu’elle oublie tes erreurs, n’attends pas même son pardon, elle n’est pas ta déesse. Tu es le seul à pouvoir te porter, te corriger, te calmer, te pardonner, car cette femme, tu la portes en toi, et bien souvent, tu lui manques de respect, tu la nie, en attendant des autres ce que tu peux te donner à toi même. Et lorsque tu auras trouvé la femme, dans les méandres de ton cerveau, alors, seulement, tu comprendras les femmes, celles qui te font face, et enfin tu changeras le monde car tu seras un homme complet, face à des femmes qui, elles, ont trouvé leurs hommes intérieurs, qui n’ont plus besoin qu’on les protège, qu’on les rassure et qu’on les guide. Elles se protègent, se rassurent et se guident elles-mêmes. L’amour véritable ne naît qu’à la confluence de deux êtres entiers, pas dans un échange de béquilles et d’espoirs de réparations.

  5. Merci à tous pour ces commentaires… Ce texte n’est pas de moi, il a été partagé sur facebook il y a quelques temps, mais je le trouve tellement fort… Et je suis heureuse qu’il vous ait parlé, aussi bien femmes qu’hommes. A bientôt!

    • Wow…..Thankyou….from the deapths of my soul and the tenderest power of my heart thankyou ….Dearest beloved WOMAN kind…this is also my calling ,yet I wish to promise you,I will as your Beloved, Seek this within myself to heal and become One for I am also within you as you are within me….we are not separate….and all this I will do for you….as my beloved polar self….to be whole again…I’m burning in the fire….to be with you again…as we know is inevitable..my Beloved One….I know is within me!

  6. Pingback: Si tu veux changer le monde, aime un homme… | Naturpur

  7. C’est tellement sexiste et hétérosexiste que ça en est drôle. Manière de parler, parce que c’est franchement dégueulasse.

    • Quel dommage de ne pas capter la magnifique profondeur de ce texte… Mais chacun son chemin… Et ton avis est tout à fait respectable…. Merci de l’avoir partagé…

      • Texte bien écrit effectivement mais qui fige les rôles masculin/féminin dans ce qu’ils ont de plus stéréotypé… chacun son chemin oui mais je ne souhaite pas l’emprunter car je ne souhaite pas être que douce, patiente, maternelle, passive, tellement passive… l’ homme que j’aime je l’accompagne partout, physiquement et spirituellement, je ne l’attends pas accroupie devant la case ! ;=) maintenant si vous voulez parler de la beauté de la fragilité et de l’abandon de soi et de l’autre dans l’amour, c’est autre chose, d’autres mots !

  8. Pingback: Être homme - être père | Pearltrees

  9. Ça m’a aussi inspiré une version de beauté, de grandeur et d’ouverture pour un homme qui veut changer le monde… Ton texte est si puissant, j’ai conservé la trame de fond…
    Si tu veux changer le monde, aime une femme… aime-la vraiment. Choisis celle dont l’âme appelle véritablement la tienne, celle qui te voit réellement, et qui est suffisamment libre pour s’abandonner. Accepte sa main et guide la doucement vers le sang de ton cœur, où elle peut sentir ta force autour d’elle et s’y appuyer, et brûler toutes ses lourdes inquiétudes dans tes flammes. Regarde-la dans les yeux, regarde au plus profond d’elle, et vois ce qui s’y trouve, endormi ou éveillé, ou timide ou impatient. Regarde la dans les yeux et vois ses mères et grand-mères et tous les enfants pour qui elles ont craint et se sont oubliées, pour toutes les demeures qu’elles ont transformées en repères. Regarde leurs souffrances et leurs luttes, leurs tourments, leur culpabilité et leur impuissance; sans jugement. Et laisse cela partir. Ressens son fardeau ancestral, et comprends que ce qu’elle recherche en toi c’est un appui solide et une loyauté pure. Laisse-la se fondre dans ton regard puissant, et sache que tu n’as pas besoin d’être le miroir de ces inquiétudes, parce que tu es une force de la nature, un protecteur naturel et un soutien inconditionnel qui soigne et purifie les vieilles blessures.
    Si tu veux changer le monde, aime une femme… aime la vraiment. Enveloppe la des tes bras dans toute ta puissance d’homme, dans le souffle de ta force, en étant simplement présent. L’émergence de ta virilité lui permettant de laisser sa vulnérabilité s’épanouir dans la grandeur et la tendresse… et nagez ensemble dans l’utérus de la Terre, dans un silence entendu. Et quand elle s’inquiétera et doutera, car elle s’inquiétera et doutera, passant au crible, retournant et jonglant avec tous les détails de son environnement pour y déceler les dangers et les prévenir… rassemble les Grands-pères autour de toi, enveloppe toi de leur sagesse, entends leurs précieux conseils et apaise ton cœur de petit garçon prêt à l’attaque. Enveloppe ses épaules de tes bras et berce-la de ta présence profonde et sécurisante. Attends ensuite que le temps lui apprenne que ton retrait ne diminuera pas ton soutien et que ton silence n’est pas un abandon. Fais glisser ton souffle chaud dans son cou afin qu’elle mesure bien l’élan profond et indéfectible que tu as pour elle.
    Si tu veux changer le monde, aime une femme… aime la vraiment. N’effraie pas la petite fille avec des brusqueries, de la violence et de la rage qui appartiennent à ta lignée. Ne tente pas de la conquérir avec des mensonges, des fausses promesses et des exploits pour la leurrer vers une toile destructrice, vers un lieu de relations chaotiques et d’insécurité plus terribles encore que toutes les sécheresses affrontées par ses sœurs. Ce ne serait pas Masculin, ce serait une revanche, ce serait le poison de l’abus des époques, le viol de notre monde. Et cela ne donne aucun pouvoir à l’homme, il se diminue en la tenant volontairement au bord du gouffre. Et il nous tue tous. Et que son père l’ait abandonné ou pas, montre-lui le vrai Père, tiens-la maintenant et mène la avec assurance dans ses profondeurs brumeuses jusqu’au centre de la Terre. Ne la méprise pas parce que ses blessures ne correspondent pas à tes besoins ou à tes critères. Construit pour elle un abri et chasse pour nourrir sa bonté et sa beauté. Protège-la et mets-là en sécurité sous ton corps chaud.
    Si tu veux changer le monde, aime une femme… aime la vraiment. Aime-la suffisamment pour t’ouvrir à elle, aime-la suffisamment pour offrir ton cœur et ton esprit au cycle de naissance et de mort. Et remercie-la pour l’opportunité de danser ensemble dans les tempêtes qui font rage et les bois silencieux. Sois assez sensible pour te découvrir, et laisse-la s’abreuver à ta force créatrice. Fais-lui savoir qu’elle peut prendre soin de toi et de tes enfants. Laisse lui donner de l’importance à des milliers de petits détails cherchant à cultiver la beauté des ébats et la douceur des sentiments. Laisse-lui te montrer le nid chaleureux et réconfortant qu’elle a installé dans son cœur. Ressens l’admiration et la tendresse qu’elle porte dans tout son être, même si on t’a chassé et frappé des milliers de fois avant. Apprends-lui à se rendre en te rendant toi-même, et fusionnez dans le doux néant du cœur de ce monde.
    Si tu veux changer le monde, aime un femme… aime la vraiment. Soutien-la, protège-la, entends-la, tiens-la, guéris-la. Et à ton tour tu seras nourri, entendu, guéri. Car elle peut, si tu le lui permets, être tout ce dont tu rêves. Si tu veux aimer un femme, aime et respecte toi, respecte ta mère, respecte ta sœur, respecte ta fille, respecte ton ancienne partenaire; de la première fille que tu as embrassée à la dernière pour laquelle tu as ragé. Remercie pour les dons, les débris dans lesquels tu te trouvais, jusqu’à la rencontre avec celle qui se tient devant toi maintenant. Et trouve en elle la graine du renouveau et du solaire, une graine que vous pouvez nourrir pour contribuer à l’émergence d’un nouveau monde, ensemble, en mettant fin à la dualité homme/femme, en donnant du sens à cette attirance qui persiste dans l’histoire. En faisant grandir l’amour en vous et autour de vous.

  10. Thanks ! c’est magnifique et plein de vérité de douceur de poésie, du mystère toute la beauté de la Vie. Merci Lisa. Namaste

  11. Pingback: SI TU VEUX CHANGER LE MONDE... - PorteVoie

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s