Je suis Celle… I am She who…

88edbce6ec1cacd121681281d3424f66

” Je suis Celle que rien n’arrête

Je suis Celle qui arrache aux morts leurs bandelettes

Je suis Celle qui n’a pas toléré de ne pas naître

Et que la haine puisse avoir le dernier mot pendant la guerre

Je suis Celle qui entre en trombe par les fenêtres ouvertes

Arrache les rideaux, décroche les volets

Je suis Celle aussi qui répare les toiles d’araignées déchirées

Qui s’alarme de quelques fourmis écrasées

Je suis Celle qui n’a peur de rien

Qui se lève et clame son indignation,

Sa colère devant les scandales du mépris

Je suis Celle aussi qu’une feuille en tombant effraie

Et qui se cache derrière la commode

Pour que personne ne la cherche ni ne la voie

Je suis celle que même la mort n’a pu faire mettre à genoux et

Qui court en enjambant les ruines

Je suis la lionne qui s’avance en rugissant

Mais aussi la lapine qui vit sous sa feuille de chou dans la rosée

Je suis Celle qui désormais n’a plus peur de vivre entre les chaises, entre les trônes.

(…)

Je suis Celle que le monde sans cesse éblouit

Quand je sors de ma maison je crie tout haut :

Je suis témoin Seigneur de la merveille de ton monde, je suis témoin

Jamais je n’ai laissé l’indifférence me gangrener

J’aime ouvrir les yeux des aveugles

Comme des âmes ailées m’ont ouvert les miens

Je suis Celle qui a osé se laisser rêver par ses fils

Je m’accommode de mon imperfection

Et je porte le flambeau de la mémoire des hommes et des femmes dont je suis le témoin vivant.”

 

Autolouange écrite et proclamée par Christiane Singer

à Bodhgaya – Inde au Nouvel An 2000

I am She who is stopped by nothing

I am She who tears out the strips of the dead

I am She who did not tolerate not to be born

And that hatred could have the last say during the war

I am She who bursts in through open windows

Who rips out the curtains, takes the shutters down

I am She who fixes the torn spider webs

Who feels concerned for the smashed ants

I am She who fears nothing

Who stands up and shouts out her indignation

Her anger at the scandals of contempt

I am also She who is scared by a falling leaf

And who hides behind a cabinet

So that nobody looks for her, nor sees her

I am She who even Death could not force to kneel down

Who straddles across the ruins

I am the lioness who moves with a roar

But also the doe resting under the kale leaf in the morning dew

I am She who is not afraid anymore of living among the chairs and the thrones

(…)

I am She who is always dazzled by this world

When I get out of my home, I sing loudly:

I am the witness, Lord, of the wonders in your world, I am the witness

Never have I allowed indifference to overwhelm me

I like opening the eyes of the blinds

As winged souls opened mine

I am She who dared being dreamt by her sons

I accept my imperfection

And I carry the memory flame of men and women for whom I am the living witness.

 

 
Trad: C. Mela

Advertisements

Femme Trop… Too Much Woman…

11136646_411077655737872_7228183389220706484_n

Si on vous a déjà dit que vous étiez “trop”, trop émotive, ou trop garce, ou trop coincée, vous êtes probablement une Femme Trop.

Et si vous l’êtes… Je vous supplie d’accepter tout ce que vous êtes – toute votre profondeur, toute votre immensité; Ne vous retenez pas, n’abandonnez jamais votre grandeur et votre éclat.

Oubliez tout ce que vous avez entendu – votre “trop” est un don; oh oui, un don qui peut guérir, encourager, libérer, et transpercer directement au cœur des choses.

Ne soyez pas effrayée par ce don, et ne laissez personne vous en détourner. Votre “Trop” est magie, médecine. Il peut changer le monde. (…)

Alors je t’en prie Femme Trop: Demande. Cherche. Désire. Grandis. Bouge. Ressens. Sois.

Fais tes propres vagues, attise ton feu, et donne nous des frissons.

Je t’en prie, lève toi.
Nous avons besoin de toi.

***

If you’ve ever been called “too much,” or “overly emotional,” or “bitchy,” or “stuck up,” you are likely a Too Much Woman.

And if you are. . . I implore you to embrace all that you are—all of your depth, all of your vastness; to not hold yourself in, and to never abandon yourself, your bigness, your radiance.

Forget everything you’ve heard—your too much-ness is a gift; oh yes, one that can heal, incite, liberate, and cut straight to the heart of things.

Do not be afraid of this gift, and let no one shy you away from it. Your too much-ness is magic, is medicine. It can change the world.

So please, Too Much Woman: Ask. Seek. Desire. Expand. Move. Feel.Be.

Make your waves, fan your flames, give us chills.

Please, rise.

We need you. 

Ev’Yan Whitney

Trad: C. Mela

De l’Amour… Of Love…

10830463_796077080438582_7411108301891553096_o.jpg

Tout le monde dit que l’amour fait souffrir, mais ce n’est pas vrai. La solitude fait souffrir. Le rejet fait souffrir. Perdre quelqu’un fait souffrir. La jalousie fait souffrir. Tout le monde confond ces choses avec l’amour, mais en réalité l’amour est la seule chose au monde qui guérit toutes les souffrances et fait se sentir à nouveau merveilleux.

L’amour est la seule chose au monde qui ne fait pas souffrir.

***

Everyone says love hurts, but that is not true. Loneliness hurts. Rejection hurts. Losing someone hurts. Envy hurts. Everyone gets these things confused with love, but in reality love is the only thing in this world that covers up all pain and makes someone feel wonderful again.

Love is the only thing in this world that does not hurt.

Meša Selimović

Elle s’est perdue… She lost herself…

1797981_241299466049026_538759457_n

Elle s’est perdue au milieu des arbres

Parmi les feuilles qui changent constamment.

Elle a pleuré sous le ciel sauvage

En écoutant les étoiles raconter les histoires des temps anciens.

Les fleurs poussaient vers sa lumière

Les rivières appelaient son nom la nuit.

Elle ne pouvait pas vivre une vie ordinaire

Avec tous les mystères de l’univers

Cachés dans ses yeux.

***

– Christy Ann Martine

She lost herself in the trees

Among the ever-changing leaves.

She wept beneath the wild sky

As stars told stories of ancient times.

The flowers grew towards her light,

The rivers called her name at night.

She could not live an ordinary life

With the mysteries of the universe

Hidden in her eyes.

***

Flamme… Flame…

10419578_368715463304233_1120257517266067136_n

She lives her life like a flame;

a dance of purposeful chaos…

Her enchanting light can guide you

and quell your fears…

She’s hot, warming those who respect her

and burning those who don’t…

She is a flame with an unforgettable glow…

A weak man will try to dim her luminance…

but her soul mate will take pleasure

in fanning the blaze.

 

Steve Maraboli

Trad: C. Mela

Elle vit sa vie comme une flamme,

Une danse pour semer le chaos…

Sa lumière enchanteresse peut te guider

et apaiser tes peurs…

Elle est chaude, elle réchauffe ceux qui la respectent

et brûle ceux qui ne la respectent pas…

Sa flamme possède un éclat inoubliable…

Un homme faible essaiera d’affaiblir sa lumière…

Mais son âme soeur se fera un plaisir d’attiser le feu.